Assemblée générale du 18 février 2022

Extraits de l’intervention du président de la section Unrp 22 lors de l’assemblée générale du 18 février 2022 au centre Anas de Tréveneuc

« Notre dernière AG, à Ploufragan, remonte à la mi-février 2020, soit pratiquement un mois avant le début du confinement total et très réglementé imposé par le début de la pandémie de Covid-19. Depuis, nous sommes restés deux ans sans réels liens sociaux et lorsque les restrictions de vie ont été un peu aménagées, nous sommes tout de même demeurés méfiants, vigilants et prudents.

Cette AG d’aujourd’hui, qui relève d’un petit défi, nous permet de nous rassembler à nouveau. Nous gardons cette volonté de vouloir maintenir des liens amicaux entre nous, de nous retrouver, de discuter, de prendre des nouvelles des uns et des autres, de parler notre langage policier, de nous rappeler les vieux souvenirs conviviaux, fraternels.

L’image de la police actuellement donnée par les différents médias n’est pas celle de la police que nous avons connue et cela nous chagrine, nous dérange et peut nous interpeller.

Autrefois, dans les repas de famille, on évitait de parler politique ou religion, maintenant c’est la vaccination qui est devenue source de conflit entre amis ou parents.

Voici, en résumé, les difficultés que nous avons dû affronter avec la pandémie mais je suis persuadé que de belles histoires ont été écrites durant ces deux années. Peut-être une meilleure solidarité ? Est-ce que la solidarité l’a emporté sur l’individualisme ? Je n’en suis pas sûr…

Dans mes différents engagements familiaux, sociaux, mutualistes ou sportifs, je ne pense pas qu’une tranche d’âge soit passée à travers cette pandémie. Toute notre société a été marquée de ruptures, familiales  ou  professionnelles.  Des changements de vie ont été radicaux pour certains, révélateurs pour d’autres.

Avant de conclure, j’aurai une pensée pour tous nos collègues actifs qui sont constamment pris dans le tourbillon des attentats, des Gilets jaunes, des suicides et souvent des médias qui ne sont pas toujours très objectifs sur les conditions d’emploi et de travail de nos policiers.

Mais là aussi, je vous engage à une profonde réflexion. Pourquoi en sommes-nous arrivés à cette situation ? Où sont passées nos valeurs républicaines ? Où sont passés nos chefs qui étaient sur le terrain et qui étaient à l’écoute des collègues ? Je pense que dans cette assemblée, nous avons tous passé un concours qui s’appelait à l’époque « gardien de la paix » ou « officier de paix », je pense que quelquefois, il serait bon de s’en souvenir.

Remerciements à :

Michèle Lataix, trésorière adjointe, nouvellement élue au bureau national de l’UNRP

Michel Cossec , président régional de la MGP ;

Thierry Boutier, président départemental de l’ANAS, qui accueille l’assemblée ;

Philippe Boussion, nouveau directeur de l’ensemble des structures ANAS;  »

 

Daniel Hervé

Président de l’UNRP 22

 

Les commentaires sont fermés.

23 requêtes. 0,075 secondes.